J-5 avant l'activation de mon implant cochléaire

J-5 : Ma voix

Ma surdité de naissance fait en sorte que le son de ma voix et ma prononciation comportent certaines caractéristiques. Sans m’en rendre compte, je peux parler très fort tout comme très bas. Et lorsqu’on me demande de m’ajuster, je fais de mon mieux. Je me sens toutefois incomprise quand une personne insiste davantage après un premier essai. J’ai tendance à ne pas vouloir poursuivre la discussion et à me renfermer.

D’ailleurs, en 2016, une personne m’a déjà dit que ma voix n’était pas radiophonique après avoir écouté le deuxième épisode de mon premier podcast. Selon elle, il était préférable que je me concentre sur la rédaction d’articles au lieu de prendre le micro. J’avais déjà fait plusieurs conférences publiques et c’était la première fois que je recevais ce type de commentaire. Je savais qu’il ne fallait pas y accorder de l’importance. Il reste qu’il m’a découragé puisque je n’ai jamais entendu le vrai son de ma voix. Ne voulant pas nuire à ma crédibilité, j’ai décidé de mettre sur pause mon podcast.

Par chance, l’année suivante, une opportunité s’est présentée. Je suis devenue co-animatrice d’une émission de radio sur les ondes de CKRL 89,1. Et, quelques mois plus tard, je me suis retrouvée seule à la barre de l’émission. Faire de la radio est différent que de donner une conférence ou encore une formation. Il m’a fallu plusieurs semaines pour m’adapter.

Ainsi, avec le temps j’ai appris à contrôler le son de ma voix et améliorer mes capacités expressives. En acceptant davantage ma surdité depuis 2018, j’ai aussi compris que la particularité de ma voix fait partie de moi. Elle me rend unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.